En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire (G. Orwell)

François

Selon Minute :

Jacques Bompard restera-t-il député ? La réponse est non et c’est une question de semaines. A la tête de la ville d’Orange depuis 1995, il n’a pas envie, mais alors pas du tout, de quitter sa mairie… Dans une courte vidéo postée sur le site de« La Provence », il affirme : « Je me suis engagé auprès des Orangeois à rester auprès d’eux, donc je reste auprès d’eux. »

Pour conserver son fauteuil de maire, tout en laissant son siège de député à sa suppléante, Marie-France Lohro, Jacques Bompard a trouvé une faille dans la loi sur le non-cumul des mandats. Il l’explique d’ailleurs très clairement à « La Provence ». Selon la loi, c’est le dernier mandat qui prévaut sur les autres. Elu député le 18 juin, Jacques Bompard sera donc démissionné automatiquement de son poste de maire le 18 juillet prochain, ce qui le laissera conseiller municipal de base, sans responsabilité ni indemnité. Dans ce cas, un conseil municipal devra être convoqué pour élire un nouveau maire. Et le tour de passe-passe est là. Lors de ce conseil municipal, Jacques Bompard pourra alors être réélu maire. Résultat : son mandat le plus ancien sera celui de… député ! Et comme le prévoit la loi, sa suppléante pourra donc siéger à l’Assemblée, sans nouvelle élection.

Unknown-10Encore une fois, ce n’est pas nous qui le disons, mais Jacques Bompard lui-même, dans cette fameuse vidéo. Légal ? Sans aucun doute. Moral vis-à-vis des électeurs ? Beaucoup moins sûr, mais, au moins, le tour de passe-passe est-il politiquement sécurisé : Marie-France Lohro, actuelle premier adjoint de Bompard à la mairie d’Orange, est un ardent défenseur de la civilisation européenne et chrétienne, et des valeurs traditionnelles. En meeting, elle prônait « cette belle Europe qui fit des femmes des saintes ou des reines, et non pas des fantômes masqués par des voiles », « cette belle Europe romaine grecque et chrétienne qui trouve son apogée au plus près de nos vies », comme au Théâtre antique d’Orange, et vantait l’« homogénéité dans nos racines et nos fiefs » »

Paris, le samedi 17 juin, a entendu la voix de la vraie Europe, de ceux qui sont nés et qui ont été forgé par la culture archaïque qui en a fait un Mythe et non pas une coquille de la bureaucratie usurocratique. Ni souverainisme provincial, ni européisme technocratique, mais une troisième voie où puissance et esprit se fondent pour relever le défi de l’Histoire et de la façonner.

C’est sous ce signe que Gabriele Adinolfi a réuni dans une salle comble, malgré un samedi estival et la proximité du Solstice d’Été, des représentants de six nations européennes. A l’écoute desquels il y avait un public composé de ressortissants de plusieurs pays d’Europe.

Les murs étaient décorés par les portraits et les citations des poètes de l’Europe Authentique, l’Europe Impérative – thème central de cette réunion :  Jean Thiriart, Maurice Bardèche, Jean Mabire, Pierre Drieu La Rochelle, Gaston-Armand Aumodruz, Dominique Venner, Julius Evola, Ernst Jünger , Adriano Romualdi et des Martyres tombés pour l’Europe : Jan Palach à Prague, le grec Mikis Mantakas à Rome, Roger Coudroy en Palestine occupée. Au centre une affiche des Thermopiles et du Phoenix ! – Les symboles du sacrifice qui conduit à victoire et de la naissance de l’Europe !

Continuer la lecture

C’est la rencontre d’une voix ardente et d’une plume mer­veil­leu­se­ment poé­tique qui a donné naissance à un chef-d’œuvre dont l’écoute est un enchantement. Cette voix, c’est Pierre Fresnay (1897-1975) qui se met tout entier au service des vingt-six Poèmes de Fresnes, derniers écrits de prison psalmodiés par Robert Brasillach (1909-1945), qui les voulait lier sous le titre La mort en face.

Si l’alliance de la plume et de la voix donne un effet saisissant, si l’on se sent emporté dans un univers de grandeur et de sacrifice, c’est qu’en l’occurrence Brasillach est plus qu’un poète : il est une âme qui, s’ouvrant à l’Espérance et mue par la grâce de Dieu, s’élève, se purifie, se simplifie jusqu’à mourir au bord de l’éternité en un renoncement qui fait de lui l’égal des grands héros de l’humanité et l’humble frère des saints : J’essayais le plus possible d’accepter. C’est dans cet acte tout simple (et com­­bien héroïque !) que s’achève cette montée spirituelle que l’auditeur vit avec Bra­sillach.

Continuer la lecture

Jean-Marie Le Pen, exclut par sa fille du Front National dont il est le fondateur mais confirmé président d’honneur du Front National par la justice, s’est rendu ce mardi 20 juin à Nanterre, au siège du FN où se déroule une réunion du bureau politique post-législatives.

Avant même de s’y présenter, Jean-Marie Le Pen confiait aux médias qu’il estime «inconcevable» que le prochain congrès du FN, prévu début 2018, soit organisé par l’équipe actuellement en place au sein du bureau exécutif.

Comme Cambadélis l’a fait au Parti socialiste, les responsables des deux échecs électoraux doivent démissionner. Je vise le bureau exécutif du mouvement. Il faut réfléchir dans les organes officiels du mouvement comme l’est le bureau central. Il compte cent membres et est élu par le congrès. Mais Marine Le Pen ne l’a jamais réuni alors que statutairement, celui-ci devrait l’être au moins une fois par an.»

Continuer la lecture

L’équipe d’E&R Champagne-Ardenne recevra Stéphane Blet, pianiste de renommée mondiale et ancien franc-maçon, le dimanche 18 juin 2017 à 11h à Reims pour une conférence intitulée « La vérité sur la franc-maçonnerie ».

- Tarif internet réduit : 13 € (1 entrée + 1 pizza), en réservant sur tickasso.com

- Tarif sur place : 15 € (1 entrée + 1 pizza), réservation obligatoire par courriel à l’adresse ER51.conf@gmail.com pour recevoir le lieu de la conférence.

Un stand Kontre Kulture sera mis à disposition sur place.

Le lieu exact sera transmis 24h avant la conférence. Continuer la lecture

L’équipe d’E&R Rhône-Alpes recevra Pierre Hillard le vendredi 16 juin 2017 à 20h à Grenoble pour une conférence sur son nouveau livre, Atlas du mondialisme.

La bande-annonce :

Selon Pierre Hillard, le but de l’Union européenne n’est pas la création d’une Europe unie mais d’un bloc euro-atlantique avec l’Amérique du Nord. Il cite le cas de Richard de Coudenhove-Kalergi, un des premiers fédéralistes européens, qui affirmait déjà la volonté de créer une « Union atlantique », l’Angleterre faisant le pont entre l’Europe et l’Amérique. Il désignait l’ensemble comme une « Fédération à trois ».

En raison du transfert de compétences politiques, économiques et monétaires à des blocs continentaux en voie d’unification (Union européenne, Union nord-américaine à l’instigation de Robert Pastor, Union des nations sud-américaines, Union africaine, Union eurasienne, etc.), les États vidés de leurs substances sont appelés à se disloquer en raison de facteurs multiples (financiers, ethniques, économiques, etc.). Même les États-Unis, en raison de la création en cours de l’Union nord-américaine, sont appelés à éclater en plusieurs entités territoriales de même que le Canada.

Ce processus en cours partout sur la planète permettra à des blocs continentaux débarrassés de leurs États de constituer l’architecture de la gouvernance mondiale.

Une conférence événement !

Pierre Hillard nous démontrera, cartes rares et anciennes à l’appui, que le mondialisme ne saurait être un emballement de la machine comme il est souvent dit (l’Union européenne aurait « dérapé »), mais bel et bien, révélations inédites et documents officiels à l’appui, un projet messianique de plusieurs siècles, voire millénaires.

Inscriptions

Réservation obligatoire : conf.gre@gmail.com

Merci de mentionner dans votre courriel :

- le nombre de places demandées ;
- l’identité de tous les participants (noms et prénoms) ;
- un numéro de téléphone portable ;
- votre pseudonyme de l’espace adhérent (le cas échéant) ;
- les livres des éditions Kontre Kulture que vous souhaiteriez éventuellement acquérir sur place (le cas échéant).

L’adresse exacte vous sera envoyée le matin même.

Entrée normale : 7 €, à payer sur place

Entrée adhérents : 5 € (avec pseudonyme de l’espace adhérent, adhésion sur place possible).

 

Le livre Atlas du mondialisme ainsi qu’une sélection d’ouvrages des éditions Kontre Kulture seront disponibles à la vente sur place.

 

 

Pour ne rien rater des prochains événements dans la région,
abonnez-vous à la page Facebook d’E&R Rhône-Alpes :

La vitalité de l’association française SOS Chrétiens d’Orient témoigne de la vocation supérieure de notre pays. Depuis trois ans et demi, elle accomplit un devoir qui n’est pas simplement humanitaire mais aussi culturel et civilisationnel, et qui concerne tous les Français conscients de cette histoire.

Le 29 juin, rejoignons Patrick Buisson, Éric Zemmour, Jean-Christophe Buisson et d’autres grands auteurs pour une soirée festive et communautaire.

On y lira un texte magnifique de Richard Millet qui nous rappellera que, par-delà leur souffrance, les chrétiens d’Orient sont le « sel de la terre » et nous adressent un message.

Vous pouvez prendre vos places en cliquant ici (2 séances, à 21 h 30 et 22 h 30).

E&R Aquitaine recevra Roger Holeindre le dimanche 18 juin 2017 à 15h à Escos(Pyrénées-Atlantiques) pour une conférence intitulée « Du communautarisme à la réconciliation ».

 

Roger Holeindre, ancien combattant, journaliste, écrivain et ancien député, nous présentera son dernier livre, Réconciliation nationale et évoquera les événements actuels en France.

À l’issue de la conférence, Roger Holeindre dédicacera son livre et nous nous réunirons autour d’un vin d’honneur.

 

Réservations : er.section64@gmail.com

Entrée : 10 € pour les adultes, gratuit pour les moins de 15 ans.

 

La bande-annonce :

Continuer la lecture

Robert Ménard appelle les électeurs à se mobiliser dimanche contre les candidats qui soutiennent le Président, son idéologie et la politique qu’il entend mener.

Les résultats du 1er tour des législatives témoignent, cependant, de la déception de l’électorat des Républicains comme du FN. La droite doit maintenant dépasser ses oppositions stériles et mortifères et se rassembler dans un grand parti conservateur, car « ne pas construire des alliances, c’est se suicider ».

Après l’élection d’Emmanuel Macron, c’est le plébiscite d’En Marche! au moins pour les Français qui ont été voter, mais c’est surtout l’échec de la droite et du Front national. Quelle lecture faites-vous de cet échec ?

Ce que je constate dans ma ville – et je crois que je ne suis pas le seul maire à le constater -, c’est que les gens sont désabusés. D’une part, ils sortent fatigués, un peu écœurés de la politique et de ces combats qui ont duré plus d’une année entre les différentes primaires et la présidentielle. D’autre part, pour ce qui est des gens de notre sensibilité, ils sont un peu sonnés. Sonnés quand on est des Républicains par toutes les affaires autour de Fillon, tous les revirements aujourd’hui de leurs chefs de file dont on ne comprend plus rien de ce qu’ils veulent. Et puis, du côté du Front national, ils ont le sentiment d’être revenus cinq ans en arrière. Vous ajoutez tout cela et vous avez une espèce de déception, d’écœurement, d’abandon qui fait que les gens qui votent traditionnellement pour la droite, dans son ensemble, n’étaient pas présents dimanche dernier dans les isoloirs.

Quelle est, pour vous, la remise en question qui doit suivre ce nouvel échec ?

Pardon de me répéter de mois en mois et d’année en année : on ne peut pas gagner dans le système électoral français sans alliance. Ne pas construire d’alliances, c’est se suicider. C’est se suicider non seulement pour le Front national, qui va sortir étrillé de cette affaire, mais également, de la même façon, pour Les Républicains. Je le regrette pour l’un et pour l’autre. Il n’est pas possible qu’il y ait une poignée de députés du Front national alors que Marine Le Pen vient de faire plus de dix millions de voix et qu’il y ait quelques dizaines d’élus des Républicains alors qu’ils représentent un courant important de la vie politique de ce pays. Dans les conditions institutionnelles, compte tenu du mode de scrutin, la droite doit prendre conscience qu’il faut absolument qu’elle s’allie. Sur 90 % des questions, l’électorat du Front national et celui des Républicains pensent exactement la même chose. Soit elle prend acte de cela et elle sort du sectarisme et de l’imbécillité des divisions mortifères qu’elle connaît aujourd’hui, soit elle sera définitivement ringardisée et renvoyée en dehors du match.

Sur le Front national lui-même, nous avons vu que les questions économiques avaient été un gros blocage. Elles ont été extrêmement importantes pendant la campagne. Pensez-vous que c’est la question qui doit agiter le Front national de l’intérieur après ces élections ?

Il faut réguler un certain nombre de questions et c’est l’affaire du Front national. Je n’y suis pas, mais si on me demande mon avis (et un certain nombre de gens, au Front national, me le demandent), tant qu’ils n’auront pas définitivement tourné la page de cette idée stupide de la sortie de l’euro, tant qu’ils n’auront pas, sur les questions économiques, envisagé autre chose qu’un discours d’extrême gauche identique ou presque à celui de monsieur Mélenchon, tant qu’en termes d’alliance des liens n’auront pas été tissés avec d’autres partis, tant que le Front national ne reverra pas son mode de fonctionnement et une partie des gens qui l’incarnent, il ne s’en sortira pas et c’est la France qui ne s’en sortira pas. Il faut construire un grand parti conservateur. Cela inclut le Front national, mais ce n’est pas que le Front national.

Un dernier mot pour les électeurs. Les électeurs de droite ne se sont pas mobilisés et ceux du Front national peut-être encore moins. Est-ce qu’il est trop tard ou est-ce que, pour vous, dimanche peut être décisif sur un certain nombre de circonscriptions ?

Comment ne pas aller voter quand on a en face de nous des candidats qui soutiennent un président de la République qui a dit que la culture française n’existait pas, qui a dit de l’immigration que c’était une chance sociale, économique et culturelle, qui a dit de la présence française en Algérie que c’était un crime contre l’humanité, qui pense que les économies que l’on doit faire, on doit les faire sur les plus âgés, sur les retraités, et qui estime qu’une retraite à 1.200 euros fait de vous quelqu’un qu’on peut encore un peu plus saigner d’un point de vue des impôts.

Rien que pour ces quatre raisons-là, aujourd’hui, il faut absolument que la droite et l’électorat du Front national se mobilisent pour faire gagner les candidats qui font entendre un autre son de cloche dans un certain nombre de circonscriptions et, bien entendu, le plus grand nombre de circonscriptions possibles. On ne peut pas se contenter d’une Assemblée nationale, au palais Bourbon, d’une seule couleur politique. Ce n’est pas possible. Si on aime ce pays, si on aime ce peuple, si on se soucie de son avenir, on va voter dimanche !

Pour défendre la liberté d’expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

 

Conférence donnée par Marion Sigaut et François Billot de Lochner à Paris, ce dimanche 18 juin 2017. Continuer la lecture

A Montagne-Fayel (Somme), les panonceaux fleurissent sur les façades des maisons : « A vendre. Cause : éoliennes ». Une façon pour les habitants d’afficher leur ras-le-bol. L’extrême proximité des éoliennes, à 600 mètres des riverains, provoque depuis deux ans des nuisances parfois inattendues.

« On ne peut pas utiliser à 100% les outils qu’on possède, avec des nouvelles technologies, à cause de l’orientation des champs magnétiques ou l’orientation des pals. C’est un sujet que les constructeurs découvrent, et il n’y a aucune solution apportée« , explique Thierry Pouret, agriculteur à Montagne-Fayel.

20 000 euros pour la commune

Jean-Marie Bachelet, lui, a une grande véranda, qui fait caisse de résonance : « Il est impossible de se parler à un mètre de distance« .  Autour du village, les projets et les parcs éoliens se multiplient. 50 mâts, déjà implantés dans un rayon de 7 kilomètres autour de Montagne-Fayel, et une soixantaine en prévision. Le maire, lui, ne comprend pas cette levée de boucliers : en 2018, sa commune percevra 20 000 euros grâce à son parc éolien.

source: francetvinfo

Quand la légitimité des élus se dérobe…

 Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice » (George Orwell)

 

Le rideau vient de tomber sur ce premier tour des élections législatives et, comme lors des présidentielles, la vraie nature des responsables politiques s’est affichée au grand jour…

            C’est le chef de file LR, l’inénarrable François Baroin –postulant à Matignon- qui a ouvert, dès le 5 juin, la marche des courtisans vers le Pouvoir en prônant « un désistement dans le cas d’une triangulaire où le FN serait susceptible de l’emporter », invitant la République en marche et le PS à faire de même.

            Ces alliances ineptes ne sont pas de nature à transcender les partis, mais à favoriser les arrangements entre amis pour avoir sa place au soleil… Dès lors, il en résulte, par-delà les ambitions personnelles et les jeux de pouvoir, un manque flagrant de probité et d’éthique qui détourne inexorablement des urnes, les électeurs lassés par tant de malversations, de collusions, de palinodies et de versatilités de la classe politique… Où ils attendent l’espérance, on leur offre des bilans truqués, des chiffres faux, des compromissions, des « affaires » à répétitions… Rien, dans tout cela, qui ressemble à de la volonté, de l’enthousiasme, de l’espérance, par conséquent à de l’avenir. Alors, le sondage tombe comme une pierre dans le jardin de ces messieurs : ils nous ennuient… et les abstentions se multiplient lors des consultations électorales à l’exemple de ce premier tour où plus de 50% des électeurs se sont abstenus de voter. Que devient donc leur légitimité ? Que devient celle du Parlement ? Continuer la lecture

1. Macron ou pas Macron, la faillite de la France demeure un risque majeur.
– Que peut faire le candidat des banques et des médias aux ordres de Bruxelles ?
– A la prochaine élection présidentielle pourquoi ne pas élire directement un banquier ?
– Demain Drahi comme Berlusconi ?
– La dette française et la dette grecque, ce qui attend Macron.
– Impressions de Grèce (retour de reportage). Comparaisons avec la France.
– Les départements ne peuvent plus payer le RSA.
– les centres-villes désertés.
– Les statistiques du chômage publiées maintenant tous les trois mois : le coup du thermomètre.
– La France vend ses bijoux de famille, le cas des 5 KM de La baule vendus à Veolia.
– Grèce la trahison de Tsipras, les procédés fascistes de l’extrême gauche !
– L’invasion des migrants par la Grèce, les révélations explosives de Pierre Jovanovic de retour de Grèce.

2. Et toujours la monnaie de singe !
– Soutenir les marchés actions ?
– L’audition de Mario Draghi mis en difficulté par les députés Hollandais. Continuer la lecture

Connexion
Art. récents
juin 2017
MTWTFSS
« May  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
Archives